BONNET Christine

PHOTOGRAPHE

La rencontre :

J’y trouve la joie du lien direct à la réalité. C’est un moment fait d’adhérence au déjà là, à l’existant hors de soi, c’est un vécu de plain-pied qui demande à retenir, à explorer ce qui semble venir à moi.

La photo, c’est l’histoire de ma rencontre avec une réalité, pour sa puissance expressive, pour son intensité de présence. Je sors pour me tourner vers ça, je sors pour vivre ce moment à venir.

PASSAGE

14 dec 2013 aplatie

Une quête :

L’approche photographique me permet de goûter ce qui est, et je creuse l’existant pour recueillir en lui l’éloquence poétique et la puissance des formes dont il est empreint. Je la cherche dans ce qui caractérise les substances et les contrastes, les couleurs qui s’harmonisent, les rythmes de lignes, ce qui se révèle dans la lumière et ce qui se perd dans les ombres… tout ce qui fait l’apparaître de la forme.

Comme une peau de ce qui est, la fugitive apparence des choses nous parle du réel, de ses structures et de ses forces, de cette globalité à laquelle nécessairement appartient la forme, ce tout qui compose et structure notre monde, modelant la réalité du moment. Les éléments s’y conjuguent ou s’opposent, sans cesse en mouvement.

Les forces de ce flux insufflent la forme, lui confèrent un rythme dans un espace qui permet ou contraint son déploiement.

L’émergence caractérise l’apparaître de la forme, avec un certain degré de présence qui varie entre densité et dématérialisation. La lumière du moment, les conditions atmosphériques et l’environnement tout entier déterminent les contrastes.

Ce qui se montre ne durera pas, et de cette évidente mouvance des formes je retiens la valeur de l’instant et de ce qu’il m’est donné à voir, dans le vaste comme dans l’infime.

L’approche photographique me renvoie à l’impact des formes en soi, à ce monde de l’intériorité.

Je le connais en peinture, quand formes et matières, dans l’abstraction, expriment pleinement l’intime.

La photo, c’est glisser vers le réel, s’approcher au plus près de lui, sentir le rythme … et déclencher, et ainsi, retenir et garder en moi comme un repos ce sentiment de proximité, celle toute particulière née de l’intime accord entre soi et ce qui est, entre soi et ce qui se montre là, maintenant.

Il émane un parfum particulier de la découverte, un parfum où sourd l’ivresse de la quête. S’épancher dans cette fugace fraicheur de l’instant, c’est vivre pleinement mon lien au monde, dans le sensible, en pleine conscience.

Alors entre deux pôles je cherche l’œuvre. L’un d’eux, issu du réel lors de la prise de vue est un témoignage d’existence et restitue l’authentique, l’autre, est cette part de réel au fond de moi, l’affectif du moment vécu qui oriente l’œuvre.

Tout cela guide ma vision photographique, et l’éthique de ma démarche est d’en exprimer la force, dans le juste.

Christine Bonnet

13

AURORE

HAÏKU

MÉANDRES

NORRIS I

VERTIGE 2

contact : christinebonnet_art@yahoo.fr